Dans la rubrique :

Nord-Kivu : à cœur ouvert, le gouverneur Cirimwami écoute les doléances des déplacés de guerre et promet des solutions

Des questions sécuritaires dans les différents camps de déplacés ont été au centre des échanges entre le Gouverneur du Nord-Kivu, le Genenral Major Peter Cirimwami Nkuba et les déplacés au quartier lac Vert dans la ville de Goma ce dimanche 07 avril 2024. C’était à travers une séance d’éducation civique et de sécurité animée par […]

Des questions sécuritaires dans les différents camps de déplacés ont été au centre des échanges entre le Gouverneur du Nord-Kivu, le Genenral Major Peter Cirimwami Nkuba et les déplacés au quartier lac Vert dans la ville de Goma ce dimanche 07 avril 2024.

C’était à travers une séance d’éducation civique et de sécurité animée par l’autorité provinciale à l’intention de ces déplacés de guerre venus des territoires de Masisi, Rutshuru et Nyiragongo suite notamment à la guerre du M23 qui ne veut pas dire son dernier mot.

Une occasion pour se déplacer de décrire à ciel ouvert la situation qu’ils traversent ce dernier temps dans les différents camps dans et au tour de Goma où ils sont disséminés. Dans leurs différentes interventions, ces derniers ont parlé de l’insécurité, la surimilitarisation dans les camps et dans la ville de Goma, la famine, les maladies d’origine inconnue et plusieurs autres mots qui les gangrènent.

« Excellence monsieur le gouverneur, nous demandons qu’il y ait des patrouilles mixtes police et FARDC dans les camps  pour assurer la sécurité des déplacés par ce que nous sommes de plus en plus victimes de l’insécurité pourtant nous avons quitté notre milieu naturel pour fuire la guerre mais nous sommes venus mourir dans des camps» a plaidé un déplacé de guerre cantonné dans le site de Rusayu en territoire de Nyiragongo venu participer à cette séance.

Celui-ci a été complété par un autre déplacé qui n’a rien demandé au gouverneur intérimaire du Nord Kivu ainsi qu’à toutes les autorités de se battre pour ramener la paix en toute urgence. « Dans les camps où nous vivons, c’est ne pas chez nous. Nous avons besoin du retour à la paix pour que nous puissions rentrer chez nous. Nous voulons reprendre les activités champêtres, ici dans les camps nos enfants n’étudient pas avec tous les risques qui pèsent sur leur avenir et leur éducation ».

Face à cette vie misérable de déplacés, le gouverneur militaire intérimaire du Nord Kivu a promis un avenir prometteur par rapport à leur situation, qui semble être générale dans tous les sites et camps de déplacés. Le chef de l’exécutif provincial a annoncé le renforcement de la sécurité dans les camps et la mise en place d’un plan d’assistance humanitaire d’urgence.

Les déplacés n’ont pas manqué de remercier le chef de l’exécutif provincial pour cette volonté à les écouter à bâton rompus , surtout à porter attention particulière sur leur situation actuelle. La séance s’est clôturée sur une note d’espoir.

Sur le même thème

L’Ouganda rejette catégoriquement toute implication avec les rebelles du M23 

Matata Twaha a vigoureusement nié ces allégations, dénonçant une manœuvre maladroite de l'ONU qui risque de refroidir les relations diplomatiques jusqu'alors cordiales.

Les Etats-Unis prolongent de 15 jours la trêve humanitaire dans l’Est de la RDC

Les Etats-Unis appellent au respect de cette pause dans les hostilités.

Soupçon de détournement au Sénat : la justice s’en saisit du dossier

Les soupçons de détournement de fonds au Sénat de la République démocratique du Congo, ont réveillé la curiosité de l’appareil judiciaire.

Putsch manqué : « Malanga s’était présenté sous le nom de David », affirment les responsables...

Les employés de l'auberge Momo ont nié toute implication dans ses activités et ont déclaré qu'il s'était présenté sous le nom de David.

Justice : Jules Alingete et Placide Nkala sous des poursuites à la Cour des comptes

Le numéro 1 de la patrouille financière, lui-même pourchassé pour un deal de consultance qu’il aurait conclu avec la DG de la Gecamine, alors qu’il était censé contrôler cette entreprise publique.