Après l’assaut de la cité Drodro et ses environs, en province d’Ituri, dimanche dernier par les miliciens CODECO, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont repris son contrôle lundi 22 novembre, quelques heures après les affrontements entre les deux parties.

Cette zone était longtemps occupée par le même groupe des miliciens. Selon le porte-parole de l’armée en Ituri, le Lieutenant Jules Ngongo, douze corps sans vie des civils ont été retrouvés après le retrait des miliciens.

 » Pour le moment, il y a douze corps que nous avons retrouvé ce matin, des personnes tuées de manière lâche « , a déclaré Jules Ngongo.

Selon plusieurs sources croisées, ce bilan devait
s’alourdir dans les prochains jours, au regard des dégâts énormes et des victimes que les rebelles ont causé sur leur passage.

En début semaine, l’armée a continué les fouilles en collaboration avec la Monusco qui prend en charge la sécurisation de la population déplacée.

 » Drodro et tous ses environs sont passés sous contrôle des FARDC. Nous continuons ce matin [lundi 22 novembre] avec les opérations de poursuite mais aussi, nous procédons à la fouille de la zone. L’armée protège les déplacés, en donnant le couloir jusqu’à aller se réfugier au camp de notre partenaire la MONUSCO « , a expliqué lundi dernier cet officier.

Au moins sept villages de Djugu ont été attaqués par les assaillants de la CODECO au cours de la seule journée de dimanche. 

La société civile locale indique que, plusieurs familles se sont déplacées vers Largu et Roe toujours en chefferie de Bahema Nord.