Dans la rubrique :

Lutte contre les abus sexuels : Joseph Gode K : « Les églises de réveil ont échoué »

Le président de la Ligue de la Zone Afrique pour la défense des droits des enfants et des élèves (Lizadeel) estime que les églises de réveil ont lamentablement échoué dans la lutte contre les violences sexuelles, dont souffre malheureusement la société congolaise. D’après Joseph-Godé Kayembé qui s’exprimait à l’issue d’une tribune de presse, organisée par […]

Le président de la Ligue de la Zone Afrique pour la défense des droits des enfants et des élèves (Lizadeel) estime que les églises de réveil ont lamentablement échoué dans la lutte contre les violences sexuelles, dont souffre malheureusement la société congolaise.

D’après Joseph-Godé Kayembé qui s’exprimait à l’issue d’une tribune de presse, organisée par le Réseau des journalistes « Amis des enfants », appuyé par le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef), le mariage précoce est un fléau contre le pays, contre l’avenir de la société. Car, souligne-t-il, la plupart des enfants « kulunas », leur mère ont été mariées jeunes.

« Nous avons mené une campagne pour que toutes les églises de réveil s’impliquent contre le mariage précoce. Au lieu de dire tout le temps aux gens que Dieu va vous bénir, de manière concrète comment Il va bénir une femme pauvre, qui n’a pas étudié, un kuluna. Il faut que l’église s’implique. Tous les pasteurs des églises de réveil ont signé l’acte d’engagement pour non célébration des mariages des enfants et nous avons signé un protocole d’accord avec l’évêque responsable des églises de réveil pour que chacun en ce qui le concerne mène la campagne contre les violences sexuelles et contre les mariages précoces. Mais dans la plupart des dossiers que nous recevons, ce sont les chrétiens qui commettent ces actes. (…) sur 90% de cas de violences sexuelles, ce sont les chrétiens qui violent. Ce ne sont pas des musulmans. Aujourd’hui l’église a échoué », a déploré cet activiste de la société civile, d’un ton monté et interpellateur à l’endroit de l’église de réveil du Congo.

Pour ce qui est de sa structure, présente également dans l’arrière du pays, celle-ci travaille activement pour que les droits des enfants soient respectés et d’application sur toute l’étendue du territoire national. La Lizadeel assure un accompagnement juridique, médical, social et la réinsertion économique des victimes.

« La victime qui vient à la Lizadel, parce que nous savons que lorsqu’une femme, ou fille est violée, elle est débosselée, elle est détruite, on lui a volé son moi, elle est d’abord prise en charge par le psychologue avant que les médecins s’occupent d’elle aux frais de la Lizadeel, qui juridiquement met à la disposition de la victime un avocat. Et dans tout ce que nous faisons comme travail, la victime ne paie rien », a conclu Joseph-Godé Kayembe.

Sur le même thème

Goma: une femme et son enfant décèdent dans un incendie à Kihisi

Une mère de famille ainsi que son enfant sont décédés dans un incendie qui s'est déclaré la nuit du hier mardi 23 juillet à Kihisi. Leur maison aussi a toute été ravagé par le feu. L'origine du drame serait la mauvaise installation du réchaud à gaz.

Réglementation des églises : Le permis d’exercice de culte n’est pas prévu par la...

Le permis d'exercice de culte que le ministre impose par la voie d'un communiqué n'est pas prévu par la loi. c'est ce qu'indique Jean-claude Katende sur X

Nord-Kivu : 35 maisons incendiées dans trois jours, la société civile voit la main...

Dans la cité de Sake, 35 maisons ont été incendiée à l'espace de 3 jours. Ce qui ramène à 150 le nombre des maisons incendiées dans trois mois dans cette partie contrôlée par l'armée congolaise. La société civile parle des incendies criminels causés par le M23.

Soupçon de détournement au Sénat : la justice s’en saisit du dossier

Les soupçons de détournement de fonds au Sénat de la République démocratique du Congo, ont réveillé la curiosité de l’appareil judiciaire.

Justice : Jules Alingete et Placide Nkala sous des poursuites à la Cour des comptes

Le numéro 1 de la patrouille financière, lui-même pourchassé pour un deal de consultance qu’il aurait conclu avec la DG de la Gecamine, alors qu’il était censé contrôler cette entreprise publique.