Dans la rubrique :

Remise et reprise au CAMI : La procédure d’Antoinette N’samba s’égare de la légalité

En l’espace de 5 jours seulement, soit le 27 et 31 mai dernier, Antoinette N’samba Kalambayi, l’actuelle des Mines a émis deux correspondances, en direction de l’actuel Directeur général du Cadastre Minier (CAMI), un établissement public sous sa tutelle. Dans sa première correspondance, la patronne des mines en RDC a convié le Dg du CAMI […]

En l’espace de 5 jours seulement, soit le 27 et 31 mai dernier, Antoinette N’samba Kalambayi, l’actuelle des Mines a émis deux correspondances, en direction de l’actuel Directeur général du Cadastre Minier (CAMI), un établissement public sous sa tutelle.

Dans sa première correspondance, la patronne des mines en RDC a convié le Dg du CAMI de prendre toutes les dispositions pour la remise et reprise, entre le Directeur général entrant, sous la supervision du Secrétaire général aux Mines, en présence de son Directeur de cabinet.

Vacillant dans sa décision, Madame la Ministre s’est rétractée, après s’être rendue compte des irrégularités qui entachent sa démarche. C’est dans ce cadre que, dans une deuxième correspondance, en date du 31 mai, elle notifiera le même DG, du report, de la remise et reprise, au jeudi 17 juin prochain.

Aux yeux de l’opinion, l’empressement avec lequel, Antoinette N’samba, s’évertue à faire exécuter, 3 ans plus tard cette ordonnance, tout comme celles de cette série, prises le 27 décembre 2018, soit sous l’administration Kabila, et ce, avant leur publication au Journal officiel, le 15 janvier 2019, cacherait bien de choses. Surtout, lorsqu’on sait que, la plupart de ces ordonnances sont entrées en vigueur, avant le 24 janvier, date historique de passation de pouvoir, à l’occasion de la première alternance, que la RDC a connu. Pour qui sait lire entre les lignes, on comprend bien que le pouvoir actuel cherche à placer partout ses pillons, même dans la précipitation.

De son côté, combattante chevronnée de l’UDPS, l’actuelle locataire aux Mines, comprend mieux que quiconque la manœuvre…)
Cette exécution a consisté à notifier les ordonnances aux bénéficiaires sur base des copies certifiées conformes, reçues du cabinet du chef de l’Etat et non sur base de la publication au journal officiel.
Concernant l’ordonnance querellées, en son temps, le Ministre Martin Kabwelulu était clair : « Aucune copie certifiée de l’ordonnance n’est arrivée à son cabinet », (Annexe 1). De même, Kitobo, son successeur avait eu la même vue (Annexe 2).


À en croire le droit administratif, la nomination par ordonnance est un acte de portée individuelle, dont les effets sont portés par la notification du nominé. Sa publication dans le Journal Officiel ne doit prévaloir d’opposabilité aux tiers !
L’irregularité de la démarche de Madame Nsamba réside dans le fait pour elle, de vouloir chercher l’authenticité de l’ordonnance au Journal Officiel, en lieu et place d’en avoir les preuves de la transmission et de l’existence de la copie certifiée conforme, dans les archives du cabinet du Ministre des Mines, sinon se référer au Cabinet du Chef de l’État.

En se référant notamment, à ses deux correspondances, la Ministre vise, dans l’exécution de cette ordonnance, l’installation d’un individu au poste du Directeur Général du CAMI, en lieu et place de le faire pour les deux organes de direction de cet établissement public, entre autres, le Conseil d’Administration et la direction Générale.

Il faut préciser également que, 6 personnes sont concernées par ladite ordonnance, au cas où, elle existe. Il s’agit du président du Conseil d’Administration. Ce dernier, étant pré-céans, aurait dû être impliqué dans la démarche de remise et reprise et d’installation.
Certains de nominées de cette ordonnance, occupent actuellement des fonctions officielles, au sein du gouvernement depuis 3 ans. La sélectivité et partialité de son exécution maladroite à ce jour, n’est rien d’autre qu’une nomination pure et simple,par la Ministre des Mines, d’un mandataire, une prérogative exclusivement réservée au président de la République, après délibération en Conseil des Ministres. Il est clair que cette démarche va poser un véritable problème de gouvernance au CAMI, avec des organes incomplets. Pourquoi se précipiter dans cet exercice, alors que la mise en place des nouveaux mandataires est très imminente, après l’installation du gouvernement dit: de l’Union sacrée pour la Nation ?

Les initiés comprendront tout simplement que, les personnalités reprises sur cette ordonnance que le pouvoir Kabila n’a pas exécutée, sont des bonzes du FCC, qui seraient placés pour continuer à servir des intérêts kabilistes. Qu’il s’agisse de l’actuel DG ou celle récemment nommée, ainsi que ceux qui sont repris dans cette ordonnance. Étant tous du même camp politique. Et ce, sans ignorer que les deux protagonistes sont tous issus de l’ancien organe de direction du CAMI, des années 2005 à 2019. Les habitués du cadastre minier savent bien que, ces deux personnes portent les responsabilités des actes de gestion du domaine minier. En tant que tel, comment peut-on pretendre apporter du nouveau vent à un service déjà pourvu des gens compétents ? Sommes-nous pas en train de désorienter la République, en l’emballant dans un débat saugrenu, et dans une lutte acharnée de pouvoir, dans une démarche du genre : « ôtes-toi de là, que je m’y installe »?

Sur le même thème

Les Etats-Unis prolongent de 15 jours la trêve humanitaire dans l’Est de la RDC

Les Etats-Unis appellent au respect de cette pause dans les hostilités.

Soupçon de détournement au Sénat : la justice s’en saisit du dossier

Les soupçons de détournement de fonds au Sénat de la République démocratique du Congo, ont réveillé la curiosité de l’appareil judiciaire.

Bras de fer IGF-Cour des comptes, la société civile dénonce une attitude contre-productive

l'Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) et la Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption (LICOCO) ont dénoncé des attitudes contre productives à laquelle la Cour de compte s’illustre.

Putsch manqué : « Malanga s’était présenté sous le nom de David », affirment les responsables...

Les employés de l'auberge Momo ont nié toute implication dans ses activités et ont déclaré qu'il s'était présenté sous le nom de David.

Justice : Jules Alingete et Placide Nkala sous des poursuites à la Cour des comptes

Le numéro 1 de la patrouille financière, lui-même pourchassé pour un deal de consultance qu’il aurait conclu avec la DG de la Gecamine, alors qu’il était censé contrôler cette entreprise publique.