Dans la rubrique :

Droits de santé et Reproductive: le RJSSR et Ipas renforcent les capacités des professionnels des médias

Le Réseau des journalistes pour la santé sexuelle et reproductive (RJSSR ), en partenariat avec l’organisme non gouvernemental Ipas, a ouvert ce jeudi 24 juin un atelier de renforcement des capacités des professionnels des médias sur les droits de santé sexuelle et reproductive. Cette organisation regroupant des professionnels des médias a voulu au travers cet […]

Le Réseau des journalistes pour la santé sexuelle et reproductive (RJSSR ), en partenariat avec l’organisme non gouvernemental Ipas, a ouvert ce jeudi 24 juin un atelier de renforcement des capacités des professionnels des médias sur les droits de santé sexuelle et reproductive.

Cette organisation regroupant des professionnels des médias a voulu au travers cet atelier « donner aux journalistes des outils pouvant les servir à vulgariser et même défendre lorsque les droits de la santé sexuelle et reproductive sont piétinés »

La coordinatrice du RJSSR, Bibiche Mbete a indiqué que cet atelier a pour objectif d’échanger avec les professionnels des médias sur les différentes thématiques liées aux droits humains et particulièrement le droit aux recours à l’avortement sécurisé selon qu’il est prescrit dans le protocole de Maputo ratifié et publié au journal officiel par la RDC.

Dans l’autre volet, ces assises a eu pour objectif de montrer aux journalistes la manière de traiter et parler des questions liées à l’avortement sécurisé sans pour autant toucher à la sensibilité des uns et des autres.

« Nous avons voulu rappeler aux journalistes les cadres légales du protocole de Maputo et leurs faire prendre conscience de l’écart qu’il y a entre le protocole de Maputo et l’arsenal juridique congolais qui jusqu’à ce jour n’autorise pas la pratique de l’avortement. » a t-elle déclaré

Pour Bibiche Mbete, le fait que le code pénal congolais autorise les poursuites judiciaires à l’endroit de toutes femmes ayant eu recours à l’avortement, ouvre la porte aux recours de l’avortement clandestin à la base de plusieurs décès maternelles.

Il sied de noter qu’en République Démocratique du Congo 17% de décès maternelle sont liés aux avortements clandestins

Sur le même thème

Pour freiner la propagation de la variole du singe en RDC, l’UE accorde une...

En plus du financement d'urgence pour la variole simienne, l'UE a accordé une aide humanitaire initiale de 63,75 millions d'euros en 2024 pour aider les plus vulnérables en RDC.

Insécurité à Goma: 40 personnes tuées durant le mois de mai 2024 ( Chantal...

Le mois de mai 2024 n'a pas été rose dans la ville de Goma. Au total 40 personnes ont été tuées suite à l'insécurité...

Nord Kivu: le CICR met fin à son aide humanitaire en faveur des déplacés...

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a suspendu, le 30 mai 2024, sa distribution d’aide alimentaire lancée le 24 mai dernier en faveur...

Condition socio-professionnelle, les hommes en situation de handicap réclament plus d’amélioration

Les personnes en situation de handicap ont manifesté devant le palais du peuple lundi 3 juin pour réclamer l'amélioration de leurs conditions socio-professionnelles. Le...

Nord Kivu: malgré la situation sécuritaire, plus de 150.000 finalistes du primaire participent à...

Ils sont au total 155 969 finalistes de l'école primaire dont 78 357 filles et 77 605 garçons de la province du Nord Kivu...