Journée sans taxi à Bukavu : l’ACCO dit non à la tracasserie routière

Les chauffeurs et propriétaires des taxis ont répondu favorablement à l’appel de l’Association des Chauffeurs du Congo (ACCO) qui a appelé à une journée sans taxis sur toute l’étendue de la ville de Bukavu. Il s’observe, une rareté des taxis et bus de transport en commun dans la ville de Bukavu ce lundi 27 février […]

Les chauffeurs et propriétaires des taxis ont répondu favorablement à l’appel de l’Association des Chauffeurs du Congo (ACCO) qui a appelé à une journée sans taxis sur toute l’étendue de la ville de Bukavu. Il s’observe, une rareté des taxis et bus de transport en commun dans la ville de Bukavu ce lundi 27 février 2023. Les transporteurs disent non à la tracasserie routière dont-ils sont victimes de la part des éléments de la Police de circulation routière (PCR).

Tôt le matin, on pouvait voir des personnes marcher des longues distances à pied pour atteindre leurs lieux de travail. Seuls les motards et quelques véhicules des particuliers étaient visibles sur les différents artères de la route.

Les quelques conducteurs des taxis qui ont tenté de braver l’appel ont vu les pneus de leurs véhicules crevés ou décompressés. Plusieurs chauffeurs membres de l’ACCO se sont déployés sur différents axes pour faire respecter l’appel de leur association.

Cette situation handicape les activités socio-économiques dans la ville de Bukavu, les passagers et leurs biens n’ayant pas d’autres moyens de transport à part les taxis et bus dont les propriétaires sont membres de l’ACCO.

Il sied de signaler que depuis plusieurs mois maintenant, des acteurs de la société civile se sont prononcés pour dire non à la tracasserie routière sur les routes urbaines. Sur un tronçon routier de moins d’un kilomètre, on y trouve environ 5 éléments de la police routière.

Tous les coins de la ville sont encerclés par les éléments de la PCR qui contrôlent, terrorisent et soumettent les conducteurs à des paiements d’argent.
Au-delà du contrôle, ces éléments se livrent à la corruption à ciel ouvert, demandant le « massage » (argent) aux conducteurs non en ordre avec les documents de bord. Une situation qui est perçue comme une tracasserie de la part de la PCR sur les conducteurs.

Betin Bulonza depuis Bukavu

Sur le même thème

Culture : Fally Ipupa confirme la tenue de son concert à Goma Serena hôtel...

Après un rendez vous manqué, Fally Ipupa annoncé à nouveau dans la ville de Goma au mois d'août prochain.

Soupçon de détournement au Sénat : la justice s’en saisit du dossier

Les soupçons de détournement de fonds au Sénat de la République démocratique du Congo, ont réveillé la curiosité de l’appareil judiciaire.

Le bureau du gouverneur de Kinshasa nie catégoriquement une prétendue demande de financement de...

Le document qui se propage sur les réseaux sociaux est une prétendue lettre adressée au Directeur Général de FirstBank DRC SA à Kinshasa/Gombe.

Justice : Jules Alingete et Placide Nkala sous des poursuites à la Cour des comptes

Le numéro 1 de la patrouille financière, lui-même pourchassé pour un deal de consultance qu’il aurait conclu avec la DG de la Gecamine, alors qu’il était censé contrôler cette entreprise publique.

Kongo-Central : le port de Matadi en voie de modernisation 

Mercredi 10 juillet, le vice-Premier ministre, ministre des Transports, Voies de Communication et Désenclavement, Jean-Pierre Bemba a présidé une réunion sur la mise en...