Dans la rubrique :

Crise politique au Sud-Kivu : La Société Civile dénonce une « main noire » de Kinshasa

La crise politique qui se vit au Sud-Kivu ne laisse pas indifférent la Société civile de cette province. Dans une déclaration ce mardi 18 avril 2023, le bureau de coordination de la Société civile du Sud-Kivu a dénoncé une situation inédite dominée par des scènes d’un théâtre politique entre les deux institutions provinciales (assemblée provinciale […]

La crise politique qui se vit au Sud-Kivu ne laisse pas indifférent la Société civile de cette province. Dans une déclaration ce mardi 18 avril 2023, le bureau de coordination de la Société civile du Sud-Kivu a dénoncé une situation inédite dominée par des scènes d’un théâtre politique entre les deux institutions provinciales (assemblée provinciale et gouvernement provincial) avec une main « complice » de Kinshasa.

Pour les organisations membres de cette structure citoyenne, il s’agit bel et bien d’une situation politique entretenue par Kinshasa pour des intérêts non avoués. A ce propos, la société civile regrette le silence du président de la République face à cette crise qui laisse la province dans un gouffre et qui implante le désespoir dans les cœurs des Sudkivutiens.

« Pourquoi le président de la République, chef de l’Etat, grand démocrate et garant du bon fonctionnement des institutions garde-t-il silence ? A-t-il oublié sa promesse à cette population ? A-t-il oublié que le moment de la sanction populaire est proche et que cette situation de gouvernance chaotique au Sud-Kivu ternit son image ? », s’est-elle indignée.

Dans cette même optique, elle a également dénoncé ce qu’elle qualifie d’immixtion du VPM de l’intérieur par ses correspondances incessantes bloquent les démarches de l’Assemblée provinciale qui dans ses prérogatives veut voir clair sur la gestion « chaotique » du Gouverneur Théo Ngwabidje.

« Pourquoi le gouvernement central laisse-t-il le ministre de l’intérieur s’immiscer à tort et à travers jusqu’au débordement avec ses correspondances intempestives, contradictoires et entachées de beaucoup d’irrégularités administratives dans le fonctionnement des institutions provinciales de la République. Pourquoi ne viendrait-il pas une fois au Sud-Kivu pour écouter la version de la population que de rappeler chaque fois les partis en conflit à Kinshasa sans avoir la version du terrain ? », s’interroge la société civile.

Ainsi, elle invite le chef de l’Etat à trouver une voie transitoire, soit en trouvant quelqu’un de plus ou moins rassembleur pour gérer la province, afin de « soulager la population et redorer son image déjà ternie ».

Au VPM de l’intérieur Peter Kazadi, la Société civile lui demande de rappeler à Kinshasa le Gouverneur Théo Ngwabidje et son Vice-Gouverneur Marc Malago autant qu’il l’a fait pour les députés provinciaux il n’y a quelques jours.

Bertin Bulonza depuis Bukavu

Sur le même thème

L’Abbé Jean-Bosco Bahala destitué de son poste de coordonnateur national du P-DDRCS

Quelques heures avant d'être révoqué, l'abbé Jean-Bosco Bahala avait communiqué à la presse qu'il était en mission à Kampala, en Ouganda.

Report du procès Bukanga Lonzo au 11 novembre prochain 

Il s'agit du troisième renvoi dans cette affaire impliquant l'ancien premier ministre Matata Ponyo.

Nord-Kivu : 35 maisons incendiées dans trois jours, la société civile voit la main...

Dans la cité de Sake, 35 maisons ont été incendiée à l'espace de 3 jours. Ce qui ramène à 150 le nombre des maisons incendiées dans trois mois dans cette partie contrôlée par l'armée congolaise. La société civile parle des incendies criminels causés par le M23.

Judith Suminwa prêche l’exemplarité à son gouvernement

L’exemplarité des responsables que nous sommes nous astreint à être les premiers à respecter nos textes légaux et réglementaires, notamment le Code de la route? déclare la PM Judith Suminwa à son gouvernement.

Félix Tshisekedi demande de l’efficacité au gouvernement  

« Nos concitoyens attendent des résultats tangibles, des changements concrets dans leur quotidien, et nous devons être à la hauteur de leurs aspirations » a declaré Felix Tshisekedi au membre du gouvernement.