La déclaration des élus de l’Union sacrée, plate-forme majoritaire au Parlement, contre la liste des membres du prochain bureau définitif de l’Assemblée nationale, n’a pas empêché Vital Kamerhe de déposer sa candidature au poste de président de la Chambre basse.

Tout sourire, entouré de ses collaborateurs, Vital Kamerhe se pavane rassuré sur le hall du Palais du peuple. Lui qui a remporté les primaires au sein de son regroupement pour ce poste, il est visiblement assuré de l’emporter, même si les noms de membres qui vont constituer son futur bureau sont loin de faire l’unanimité.

Regroupés au sein d’un collectif, certains élus de l’Union sacrée ont exprimé leur opposition contre la liste des candidats proposés par le présidium de cette plate-forme à l’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale. Ce collectif qui se réclame « républicain » s’oppose aux candidatures de Christophe Mboso, Serge Bahati et Caroline Bemba qu’ils estiment être teintées de clientélisme et de népotisme.

Serge Bahati devrait occuper la Questure, Caroline Bemba serait son adjointe et Christophe Mboso siègera comme deuxième vice-président.

Journaliste d'investigation, licencié en sciences de l’information et de la communication. Spécialiste des questions politiques et judiciaires. Reporter à KinshasaTimes depuis 2020