Après de violents combats toute la journée d’hier lundi 06 novembre , jusque tard dans la soirée un calme précaire règne ce mardi matin dans les groupements de Kibumba et Buhumba, au nord de la ville de Goma en territoire de Nyiragongo (Nord-Kivu).

Ces entités ont vécu des affrontements entre l’armée congolaise et les rebelles du M23 la vieille jusqu’à conduire à une coupure d’électricité dans la majeure partie de la ville de Goma suite aux bombes qui sont tombées sur la ligne moyenne tension de la société Virunga énergies qui dessert Goma en électricité.

Ce mardi matin, aucune détonation n’est entendue à Nyiragongo tout comme à Masisi, précisent des sources locales. Jusqu’à présent, les FARDC ne se sont pas exprimés sur l’évolution de la situation de ces derniers jours. Seulement, en début d’après-midi du hier lundi, l’armée congolaise par le truchement de son porte-parole, le lieutenant colonel Ndjike Kaiko Guillaume a fait savoir qu’elle a déjouer une attaque armée du M23 soutenue par le Rwanda au niveau de Rukoko en territoire de Nyiragongo.

Selon lui, l’ennemi voulait tendre une embuscade à une position de l’armée loyaliste basée dans cette partie du territoire national à la limite du Rwanda voisin.

Pendant ce temps, le général d’armée Tshiwewe Christian , chef d’État-major général de l’armée congolaise est arrivé tard dans la soirée du même lundi dans la ville de Goma. Selon l’armée « Sa présence va booster la détermination des FARDC à défendre la nation face à l’agression Rwandaise ».

Peu avant, il était question pour les FARDC qui ont lancé conjointement l’opération Springbok avec la Mission de l’ONU (MONUSCO) d’effectuer la journée du lundi à Kimoka dans la cité de Sake, une visite d’inspection dans le cadre de cette opération qui vise à protéger la ville de Goma contre la progression du M23.

Licencié en Sciences de l’information et de la communication. Journaliste, rédacteur et reporter spécialiste des questions politiques. Journaliste spécialiste en culture et Fact-checker