Dans la rubrique :

Tshopo: La garde républicaine érige des barrières sur plusieurs axes routiers pour rançonner la population

La société civile en province de Tshopo accuse la Garde républicaine d’ériger des barrières sur plusieurs axes routiers de cette entité. Les services de l’Etat qui entretiennent ces barrières rançonnent la population. A Yahuma, par exemple, l’entrée au marché Beah est payante, a-t-elle dénoncé ce mercredi 19 mai. « Pourquoi la présence de la Garde […]


La société civile en province de Tshopo accuse la Garde républicaine d’ériger des barrières sur plusieurs axes routiers de cette entité. Les services de l’Etat qui entretiennent ces barrières rançonnent la population. A Yahuma, par exemple, l’entrée au marché Beah est payante, a-t-elle dénoncé ce mercredi 19 mai.

« Pourquoi la présence de la Garde républicaine dans ces différentes barrières surtout au point kilométrique 8, route Opala, que vous ayez la carte ou pas, la garde républicaine vous fait payer 2 000 (1 USD) ou 3 000 (1,5 USD). En ce qui concerne le service de l’environnement, que vous ayez le document ou pas, il faut payer seulement 3 000 ou 2000 Fc. » s’est exprimé le résident de la structure locale Sauti ya Lubunga.

Les territoires de Banalia, au Nord de la ville et d’Isangi et Yahuma, au sud-ouest et à l’ouest de la ville n’en sont pas moins affectés, comme le dit le président du cadre de concertation de la société civile de la Tshopo, Alphonse Longongo. 

« À Banalia, toutes les barrières ont été centralisées maintenant au niveau de point kilométrique 18, au niveau du territoire de Yahuma, à l’entrée du marché Beach, il y a une barrière -là l’accès au marché est payable sur cette barrière-là », a déploré Héritier Isomela. 

Sauti Ya Lubunga dit en avoir informé les autorités provinciales et les services de sécurité. Ceux-ci ont promis de supprimer toutes ces barrières. Cependant, jusqu’à ce jour, la situation « reste inchangée ». 

La société civile accuse les autorités de ne rien faire pour démanteler ces barrières en dépit de multiple promesses faites à ce sujet. 

Sur le même thème

Goma: une femme et son enfant décèdent dans un incendie à Kihisi

Une mère de famille ainsi que son enfant sont décédés dans un incendie qui s'est déclaré la nuit du hier mardi 23 juillet à Kihisi. Leur maison aussi a toute été ravagé par le feu. L'origine du drame serait la mauvaise installation du réchaud à gaz.

Réglementation des églises : Le permis d’exercice de culte n’est pas prévu par la...

Le permis d'exercice de culte que le ministre impose par la voie d'un communiqué n'est pas prévu par la loi. c'est ce qu'indique Jean-claude Katende sur X

Nord-Kivu : 35 maisons incendiées dans trois jours, la société civile voit la main...

Dans la cité de Sake, 35 maisons ont été incendiée à l'espace de 3 jours. Ce qui ramène à 150 le nombre des maisons incendiées dans trois mois dans cette partie contrôlée par l'armée congolaise. La société civile parle des incendies criminels causés par le M23.

Soupçon de détournement au Sénat : la justice s’en saisit du dossier

Les soupçons de détournement de fonds au Sénat de la République démocratique du Congo, ont réveillé la curiosité de l’appareil judiciaire.

Justice : Jules Alingete et Placide Nkala sous des poursuites à la Cour des comptes

Le numéro 1 de la patrouille financière, lui-même pourchassé pour un deal de consultance qu’il aurait conclu avec la DG de la Gecamine, alors qu’il était censé contrôler cette entreprise publique.