La crise politique et sécuritaire au Sud-Kivu au centre des discussions entre Mboso et les élus provinciaux   

En séjour depuis près de trois mois, les députés provinciaux du Sud-Kivu ont été reçus  mercredi  1er mars 2023 par Christophe Mboso Nkodia, président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo (RDC).  Au menu de leurs échanges, des questions brulantes de la province, notamment la crise politique née de la destitution du gouvernement […]

En séjour depuis près de trois mois, les députés provinciaux du Sud-Kivu ont été reçus  mercredi  1er mars 2023 par Christophe Mboso Nkodia, président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo (RDC). 

Au menu de leurs échanges, des questions brulantes de la province, notamment la crise politique née de la destitution du gouvernement provincial dirigé par Théo Ngwabidje ainsi que la situation de la guerre qui sévit dans la partie Est.  

Au sortir de l’audience, le Vice-président et président ad intérim de l’assemblée provinciale du Sud-Kivu qui conduisait la délégation a affirmé avoir exprimé la gratitude des élus provinciaux de sa province aux institutions politiques nationales qui viennent de prendre acte du vote de la déchéance du gouvernement provincial.

« Nous avons parlé de la situation sécuritaire dans le nord Kivu en particulier et le Kivu en général. Nous avons condamné la énième agression de notre pays par  le Rwanda », a déclaré Bisimwa Yabe Ntaitunda, président ad intérim de l’Assemblée provinciale du Sud Kivu.

Les élus provinciaux du Sud Kivu autour d’une table avec le president de l’Assambléé nationale @photo Droits tiers

une autre raison de cette rencontre, c’est « pour lui exprimer notre gratitude dans le dossier de la déchéance du Gouverneur du Sud-Kivu et lui demander de transmettre au chef de l’État les remerciements des élus provinciaux du Sud-Kivu en lui rassurant de notre indéfectible  soutien à sa candidature aux prochaines échéances électorales« , ajoute-il. 

Abordant le point sur la déchéance du gouvernement provincial,  Yabe Ntaitunda s’est dit confiant quant à l’issue heureuse des évènements après deux rencontres avec le chef de l’Etat, qui  a pris acte de la démission d’office du gouverneur.

Selon lui,  il y a à ce jour, d’une part,  l’Assemblée provinciale bien en place, et d’autre part un gouvernement provincial démissionnaire et dirigé actuellement par le gouverneur ad intérim qui expédie les affaires courantes en attendant l’organisation des élections comme le veut la loi.  

À la population du Sud-Kivu, il a demandé de soutenir le chef de l’Etat qui a permis que la voix de la population soit entendue. Il a également appelé la population du Sud Kivu à réserver un accueil chaleureux ce samedi 4 mars à toute la délégation venue de Kinshasa avec comme message de se ranger derrière le chef de l’Etat en vue des échéances électorales avenir.

Bertin Bulonza

Sur le même thème

Procès Nangaa et consorts: sur les 25 prévenus, 5 sont devant la barre

Corneille Nangaa et 25 de ses coaccusés seront jugés par contumace à l'issue d'un procès initié dans la capitale congolaise par le ministre de la justice Constant Mutamba.

La MONUSCO ne partira pas de la province du Nord-Kivu

Finalement, la MONUSCO ne va pas quitter la province du Nord-Kivu. L'annonce a été faite par la ministre congolaise chargée des affaires étrangères. Une annonce largement critiquée dans l'opinion à Goma.

L’Abbé Jean-Bosco Bahala destitué de son poste de coordonnateur national du P-DDRCS

Quelques heures avant d'être révoqué, l'abbé Jean-Bosco Bahala avait communiqué à la presse qu'il était en mission à Kampala, en Ouganda.

Report du procès Bukanga Lonzo au 11 novembre prochain 

Il s'agit du troisième renvoi dans cette affaire impliquant l'ancien premier ministre Matata Ponyo.

Nord-Kivu : 35 maisons incendiées dans trois jours, la société civile voit la main...

Dans la cité de Sake, 35 maisons ont été incendiée à l'espace de 3 jours. Ce qui ramène à 150 le nombre des maisons incendiées dans trois mois dans cette partie contrôlée par l'armée congolaise. La société civile parle des incendies criminels causés par le M23.