La campagne de Moïse Katumbi vire au drame à Kindu

L’arrivée de Moïse Katumbi, candidat numéro 3 à la présidentielle de 2023, dans la ville de kindu au Maniema a tourné au vinaigre mardi 28 novembre. Des échauffourées ont éclaté entre des militants et la police, causant un mort et des blessés.  Selon les médias locaux, des éléments de la police nationale congolaise ont tiré, […]

L’arrivée de Moïse Katumbi, candidat numéro 3 à la présidentielle de 2023, dans la ville de kindu au Maniema a tourné au vinaigre mardi 28 novembre. Des échauffourées ont éclaté entre des militants et la police, causant un mort et des blessés. 

Selon les médias locaux, des éléments de la police nationale congolaise ont tiré, des coups de feu pour disperser des jeunes qui jetaient des projectiles sur le cortège du candidat Moïse Katumbi, à Kindu (Maniema). 

Selon les autorités de la province, la personne décédée est victime d’un projectile à la tête. Selon des sources, il s’agirait du président de la Jeunesse du parti de Moïse Katumbi en la personne de Didi Kasingi. 

Malgré la débandade, les sources confirment que le président de Ensemble pour la République est bel et bien arrivé à son lieu de meeting et a communié comme prévu avec ses sympathisants.

Sur le même thème

Les Etats-Unis prolongent de 15 jours la trêve humanitaire dans l’Est de la RDC

Les Etats-Unis appellent au respect de cette pause dans les hostilités.

Le bureau du gouverneur de Kinshasa nie catégoriquement une prétendue demande de financement de...

Le document qui se propage sur les réseaux sociaux est une prétendue lettre adressée au Directeur Général de FirstBank DRC SA à Kinshasa/Gombe.

Putsch manqué : « Malanga s’était présenté sous le nom de David », affirment les responsables...

Les employés de l'auberge Momo ont nié toute implication dans ses activités et ont déclaré qu'il s'était présenté sous le nom de David.

Corneille Nangaa assiste à une messe : l’église catholique évoque un incident qui surprend...

Dans un communiqué, la CENCO évoque un incident survenu à la grande surprise de tous.

Plus de 50 personnes tuées lors de l’attaque de la milice Mobondo à Maï-Ndombe 

Des hommes en uniforme ont également perdu la vie sur le champ de bataille. Les forces de sécurité ont récupéré les corps sans vie après que l'armée ait réussi à disperser la milice, une fois de plus en moins d'une semaine.