Dans la rubrique :

Dossier Modero Nsimba : la justice donne rendez-vous le 27 mars pour les plaidoiries 

La Cour de cassation a renvoyé au mercredi 27 mars prochain son audience en procédure de flagrance où l’ancien ministre Modero Nsimba est jugé pour propagation de faux bruits. Ce report s’explique du fait de permettre à la partie accusée de préparer la plaidoirie et au ministère public, de mettre à jour son réquisitoire. L’ex-ministre […]

La Cour de cassation a renvoyé au mercredi 27 mars prochain son audience en procédure de flagrance où l’ancien ministre Modero Nsimba est jugé pour propagation de faux bruits. Ce report s’explique du fait de permettre à la partie accusée de préparer la plaidoirie et au ministère public, de mettre à jour son réquisitoire.

L’ex-ministre est traîné devant la justice après une note vocale qui a fuité sur laquelle on entendrait sa voix affirme qu’un membre de la famille présidentielle serait l’auteur de l’assassinat d’un autre ancien ministre Cherubin Okende, retrouver mort dans sa voiture, alors que la justice parle d’un suicide. 

Mais M. Modero conteste les accusations de la justice et dit ne reconnaître qu’une partie de cet audio. « Je reconnais ma voix. J’ai commenté la publication de Jeune Afrique sur la mort de Chérubin avec l’épouse d’un ancien adversaire politique en critiquant les méthodes utilisées ».« Jusqu’au jour de mon interpellation par la Demiap, cet audio n’avait pas été publié. Je ne vois pas comment je suis coupable de la propagation de faux bruit ? », s’est-il interrogé devant la barre. 

Ce dossier s’est ouvert jeudi dernier après l’assignation à résidence de cet ancien membre du gouvernement. Après le premier procès, Modero Nsimba a été transféré en prison, malgré les protestations de ses avocats qui remettent en cause la compétence de cette cour à juger un député dont le mandat n’a pas encore été validé.

Sur le même thème

Goma: une femme et son enfant décèdent dans un incendie à Kihisi

Une mère de famille ainsi que son enfant sont décédés dans un incendie qui s'est déclaré la nuit du hier mardi 23 juillet à Kihisi. Leur maison aussi a toute été ravagé par le feu. L'origine du drame serait la mauvaise installation du réchaud à gaz.

Réglementation des églises : Le permis d’exercice de culte n’est pas prévu par la...

Le permis d'exercice de culte que le ministre impose par la voie d'un communiqué n'est pas prévu par la loi. c'est ce qu'indique Jean-claude Katende sur X

Nord-Kivu : 35 maisons incendiées dans trois jours, la société civile voit la main...

Dans la cité de Sake, 35 maisons ont été incendiée à l'espace de 3 jours. Ce qui ramène à 150 le nombre des maisons incendiées dans trois mois dans cette partie contrôlée par l'armée congolaise. La société civile parle des incendies criminels causés par le M23.

Soupçon de détournement au Sénat : la justice s’en saisit du dossier

Les soupçons de détournement de fonds au Sénat de la République démocratique du Congo, ont réveillé la curiosité de l’appareil judiciaire.

Justice : Jules Alingete et Placide Nkala sous des poursuites à la Cour des comptes

Le numéro 1 de la patrouille financière, lui-même pourchassé pour un deal de consultance qu’il aurait conclu avec la DG de la Gecamine, alors qu’il était censé contrôler cette entreprise publique.