«L’accord du 31 décembre va bientôt s’écrouler parce que battu sur de mauvais principes. Je trouve anormal qu’on puisse bipolariser les négociations, puisque les bases ne sont pas solides. Le vrai problème de la crise n’a pas été identifié, la CENCO est tombée dans le même panneau que Kodjo», a déclaré Augustin Kikukama, président du Mouvement du17 mai (M17), cet avant-midi lors d’un échange avec la presse.

A en croire le président de cette formation politique du centre, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a échoué dans sa médiation à cause de la bipolarisation des discussions entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement.

D’où, préconise-t-il, un véritable dialogue qui réunira d’un côté, les victimes de la fraude électorale de 2011, et de l’autre les gagnants du scrutin. Car, le président du M 17 dit trouver anormal que les gens qui ont bénéficié des fraudes électorales hier, soient à la tête du Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA).

« Le M17 a été victime des fraudes électorales et une décision de l’Union africaine (Dialogue de l’Ua) l’a reconnu. La crise n’a pas commencé aujourd’hui. C’est parce que les élections ont été mal organisées. Et le dialogue ne venait pas pour le mandat de Joseph Kabila mais pour les victimes et les bénéficiaires des fraudes électorales. Tant qu’on aura pas un tel dialogue, il n’y aura pas de solution», déclare-t-il d’un ton monté.

Ainsi, conclut le président du M17, la CENCO devrait suivre la voie tracée par l’union Africaine et les Nations unies qui avaient déjà dressé tous les instruments juridiques internationaux pour ce forum national, afin de ne pas tomber à un deuxième échec après la Conférence nationale souveraine (Cns) de triste mémoire.