C’est Christophe Lutundula, vice président et porte-parole du G7 qui fait cette confidence à Kinshasatimes.cd. Le Groupe de 7 partis politiques transfuges de la Majorité présidentielle pour s’opposer au changement de la constitution et à un éventuel troisième mandat de Joseph Kabila réagit ce dimanche 28 janvier à la conférence de presse « polémique » tenue par le président de la République, vendredi 26 janvier.

Il s’est refusé de tout commentaire, s’arrêtant à l’invitation de la presse à cet événement au cours duquel les compagnons de Moïse Katumbi vont vider leur sac : « venez demain à 15 heures au siège du G7, vous aurez des réponses à toutes vos questions », a répondu Christophe Lutundula à l’une des questions de kinshasatimes.cd sur le retour en RDC du candidat de sa plateforme à la magistrature suprême, Moïse Katumbi.

Son dossier classé parmi les « cas emblématiques » dans l’accord de la Saint-Sylvestre, traîne encore à aboutir à cause de la lenteur du président du CNSA dans le traitement de la question de décrispation politique a expliqué hier son adversaire politique Joseph Kabila à qui il est reproché de vouloir écarter l’ancien gouverneur du Katanga par des moyens judiciaires.

Après la publication de l’arrêté ce 26 janvier autorisant la libération de 10 prisonniers, le ministre de la justice a promis d’autoriser l’évacuation à l’étranger de certains prisonniers politiques, si le médecin de la République atteste cette nécessité d’évacuation. Le retour des exilés politiques n’a presque pas figuré dans son discours.