Dans la rubrique :

COP 27 : Eve Bazaiba étale le programme d’adaptation de la RDC sur le changement climatique

La ministre l’Environnement et Développement durable, Ève Bazaiba, a expliqué, lors de sa prise de parole à la conférence mondiale sur le climat (COP 27) qui se tient en Egypte le programme d’adaptation de la RDC sur le changement climatique. Pour Eve Bazaiba, il s’agit, bien entendu, « de nous adapter à la nouvelle donne […]

La ministre l’Environnement et Développement durable, Ève Bazaiba, a expliqué, lors de sa prise de parole à la conférence mondiale sur le climat (COP 27) qui se tient en Egypte le programme d’adaptation de la RDC sur le changement climatique.

Pour Eve Bazaiba, il s’agit, bien entendu, « de nous adapter à la nouvelle donne du réchauffement climatique », dit-elle. « Ce qui va nous permettre d’avoir, non seulement la forte résilience à faire face à ces enjeux du changement de climat. Mais aussi, contribuer à atteindre l’objectif que nous nous sommes assignés, celui de maintenir la température planétaire à 1/5 °C car cela va de la vie de toute l’humanité »a-t-elle indiqué.

La ministre de l’Environnement a, une fois de plus, vanter les potentiels naturels de la RDC.

« Pour ce faire, mon pays se présente à l’humanité comme étant un pays solution. La solution naturelle que nous recherchons est le potentiel forestier que nous mettons à la disposition de l’humanité. Tout le monde le sait que le bassin du Congo signifie 268 millions d’hectares, des forêts tropicales humides dont l’humanité a besoin pour avoir la capacité de séquestrer la pollution. La RDC c’est aussi 10% de réserve des eaux douces en Afrique et un fleuve capable de nous donner de l’énergie hydroélectrique », a-t-elle poursuivi.

Par ailleurs, elle a appelé à une industrialisation locale de ressources naturelles de la RDC. « L’adaptation pour nous signifie aussi que la RDC met à la disposition de l’humanité ses minerais stratégiques pour réussir la transition écologique. Pour y arriver, il faudrait que ces minerais soient localement exploités et transformés pour permettre au peuple Congolais et Africain d’accéder à un coût abordable », ajoute-elle.

Et de conclure : « l’adaptation signifie qu’en RDC, nous avons changé notre comportement. Il nous une compensation pour que nous puissions nous adapter à la culture industrialisée sans pollution. Il s’agit d’avoir accès au fond d’adaptation et au fond mise à la disposition pour l’atténuation. Il s’agit aussi que puissions bénéficier du prix unique et identitaire du prix de la tonne de carbone, car il est inconcevable que nous qui possédons la solution, les forêts tropicales humides nécessaires que notre carbone puisse être vendue à 5 USD, alors qu’ailleurs une tonne vaut entre 60 et 100 USD. Il s’agit aussi qu’on puisse avoir des fonds additionnels ».

Sur le même thème

La Cour militaire se dit « incompétente » à juger Salomon Kalonda 

Au vu de sa qualité de sénateur, la Cour militaire de Kinshasa s’est déclarée ce lundi 8 juillet, incompétente de juger l’opposant Salomon Kolonda,...

RDC : Les experts des Nations unies pointent du doigt le Rwanda dans un...

Les  experts des Nations unies mandatés par le Conseil de sécurité ont présenté leur rapport sur la situation en République démocratique du Congo (RDC).  Ce rapport...

Haut-Katanga : le gouverneur Kyabula publie son nouveau gouvernement provincial 

Le samedi 6 juillet à Lubumbashi, le nouveau gouvernement provincial du Haut-Katanga a été dévoilé au grand public.  Composé de dix ministres provinciaux, cette équipe...

La RDC et le Rwanda s’engagent dans une trêve humanitaire de deux semaines 

Les gouvernements congolais et rwandais se sont engagés jeudi  dans une trêve humanitaire de deux semaines.  Cette trêve qui débute à minuit heure locale le 5...

RDC : le FMI approuve une revue permettant un décaissement de 224,7 millions de...

 Le Conseil d'Administration du FMI a donné son accord mercredi 3 juillet pour la finalisation de la 6ème et dernière évaluation du programme économique...